woman baby.jpgw1200

MabelAmber I Pixabay

Pour la quatrième année consécutive nous avons assisté à une baisse de la natalité. Quelles sont les causes de ce qui constitue la plus forte baisse depuis 1976 ? À l’heure où la quasi-totalité des pays européens s’enfoncent dans l’hiver démographique, seule une parole d’Espérance peut encore sauver l’Europe.

Entre 2014 et 2018, les récentes statistiques montrent une baisse de 63.000 naissances pour la France (avec les DOM, sauf Mayotte) et un indice de fécondité chutant à 1,87 environ (donc très largement inférieur au seuil de remplacement des générations qui est de 2,1). Mais, en regardant ces statistiques de près, on peut noter l’importance des naissances dont l’un des deux parents est de nationalité non européenne : celles-ci s’élevaient à 158.000 en 2014 et sont en hausse régulière depuis plusieurs années. Ainsi le nombre d’enfants nés en France et ayant deux parents européens qui était de 653.000 en 2014 a diminué de 10,5% en quatre ans.

Il faut remonter aux années 70, où la baisse a été de 18%, pour retrouver semblable situation. Pour expliquer cette baisse, outre bien sûr le sabotage depuis 2013 de la politique familiale française (rabotage de la PAJE – prestation d’accueil du jeune enfant -, mise sous condition de ressources des prestations familiales, etc), il faut souligner l’absence total de soutien aux familles ayant 3 enfants ou plus (lequel est symptomatique d’une méconnaissance dans la haute Administration de ces familles et de leur importance pour la démographie). Un parallèle peut être fait entre notre période et celle des années 1972-76 où l’on a assisté à des campagnes médiatiques pour la banalisation de l’avortement (1972, procès de Bobigny ; 1974, loi de dépénalisation ; 1975, campagnes de promotion).

Suite de l'article sur Aleteia