twt3ffcnvb0zye2iapbv5tqfmssqsrcy o9s2p wowzibfo3icmkx6zz1sj1b02wggtrja4kiwgqe7pku2a5otl5jdxk.jpgw1200

© DR

Si on est parent d’un adolescent, à plus forte raison doté d’un smartphone, on ne peut pas ignorer les failles d’Internet et les risques liés à un usage inapproprié des réseaux sociaux. Une nouvelle mission échoie donc aux parents du XXIème siècle : celle de s'intéresser de près à Internet, afin d’éduquer ses enfants au monde virtuel, où le meilleur côtoie le pire.

Parents, sachez que vous êtes les heureux procréateurs de ceux que l’on appelle les digital natives (« natifs du numérique »). Vos enfants sont en quelque sorte des « Obélix du numérique » : ils sont tombés dedans quand ils étaient petits et sont très forts et très à l’aise dans tout ce qui touche aux nouvelles technologies. Et ce n’est pas une armée d’adultes ignorants en la matière qui va les arrêter. Marc Prensky, chercheur américain spécialiste des questions d’éducation à l’heure du numérique, utilise pour la première fois le concept de digital natives en 2001, pour définir les individus nés dans l’ère numérique, qui considèrent la technologie comme partie intégrante et nécessaire de leur vie. On les distingue des digital immigrants (« migrants du numérique »), nés avant 1980, et qui ont, bon gré mal gré, migré vers le numérique.

Cependant, malgré l’aisance et la fascination (pour ne pas dire addiction) des digital natives pour le monde virtuel, il est urgent, selon Stéphane Blocquaux, docteur en sciences de l’information et de la communication, de les accompagner et de les éduquer à Internet. Et pour cela, il y a une vraie nécessité, de la part des parents, à s’interroger et s’informer sur l’usage que leurs enfants font des réseaux sociaux, d’Internet et des jeux vidéo. Selon une étude menée en 2017 par l’association Ennocence, « moins d’un parent sur deux sait ce que fait son enfant sur Internet ». Alors oui, c’est une charge supplémentaire dans le métier de parents, que n’avait pas la génération précédente, qui demande du temps, mais que l’on ne peut ignorer si l’on tient un tant soit peu au bon développement de ses enfants. « Le numérique est tombé sur la parentalité à une rapidité fulgurante », constate Stéphane Blocquaux. « En quelques années seulement, la parentalité s’est faite surprendre et a un métro de retard dans la gestion des outils numériques à la maison. Parents, il y a urgence à aller à la rencontre du monde virtuel dans lequel évoluent vos enfants », exhorte-t-il, avant de plaider pour une véritable éducation au virtuel.

suite de l'article sur Aleteia