Sainte Coiffe de Cahors
D. Griaux
La Sainte Coiffe est exposée dans le chœur dans un reliquaire temporaire et hautement sécurisé.

Elle n’était pas sortie dans les rues depuis 1940. La Sainte Coiffe du Christ va être portée en procession ce samedi 27 avril dans les rues de Cahors, dans le Lot, pour la plus grande joie des fidèles et des habitants.

Cette procession, qui n’avait pas vu le jour depuis 80 ans, est un événement très attendu par toute la ville. La Sainte Coiffe va être portée dans les rues de Cahors ce samedi 27 avril à 15h pour une procession démarrant de l’église Saint-Barthélémy (place Lafayette) et qui prendra fin à la cathédrale Saint-Étienne.

La Sainte Coiffe, qu’est-ce que c’est ?

Linge mortuaire ayant servi à recouvrir la tête du Christ lors de son ensevelissement, la Sainte Coiffe est conservée dans la chapelle Saint-Gausbert de la cathédrale de Cahors. La ville, qui fête cette année les 900 ans de la cathédrale, veut profiter de cette année jubilaire pour redonner à la Sainte Coiffe les honneurs qu’elle mérite. Car pour la commune, pas de raison qu’elle soit moins populaire que le linceul de Turin ou la tunique d’Argenteuil.

Sainte Coiffe de Cahors
D. Griaux

Rarement exposée à la dévotion des fidèles, elle reste la majeure partie du temps dans son petit reliquaire, à l’abri, dans sa chapelle. Quand s’est-elle retrouvée à Cahors ? La tradition raconte qu’elle aurait été acquise par Charlemagne qui l’aurait ensuite donnée à l’évêque de la ville, Ayma, en 803. Une autre histoire raconte qu’elle aurait été ramenée à Cahors par l’évêque Géraud de Cardaillac à son retour de Terre sainte au XIIe siècle.

Exposée temporairement dans le chœur de la cathédrale

Afin que les fidèles puissent se recueillir devant la relique, celle-ci a été exceptionnellement exposée dans un reliquaire temporaire, hautement sécurisé, dans le chœur de la cathédrale. Une exposition qui a commencé le 14 avril et qui prendra fin le 9 juin prochain. La Sainte Coiffe retrouvera ensuite son ancien reliquaire du XIXe siècle, fait de bronze doré et surmonté d’un dôme décoré d’anges où figurent, à son pied, saint Didier, un des évêques de Cahors, Charlemagne et le pape Calixte II. Celui-ci sera placé en valeur dans la chapelle d’axe actuellement en restauration.

Suite de l'article sur Aleteia