Geraldine Aresteanu / Basilique Notre-Dame de la Trinité

Le 14 juillet 1949, l’évêque de Blois consacrait la basilique Notre-Dame de la Trinité, à l’origine de la « dévotion des Trois Ave ». À l’approche du soixante-dixième anniversaire de l’événement, le père Vincent Delaby, recteur du sanctuaire, explique le sens de cette dévotion à Marie, répandue dans le monde entier.

Aleteia : Les 15 et 16 juin 2019, la basilique fête les soixante-dix ans de sa consécration. Pourquoi célébrer cet évènement ?
Père Vincent Delaby : La consécration d’une église est en quelque sorte son baptême. Lors de notre baptême, nous sommes consacrés au Seigneur. De même, le jour de la consécration d’une basilique, au cours d’une cérémonie particulière, l’évêque bénit l’édifice avec de l’eau et l’oint de l’huile sainte. Mais c’est seulement le 24 juin 1956 que cette église reçut de la part du Saint-Père, le pape Pie XII, le prestigieux titre de basilique mineure. Par cette décision le pape Pie XII a souhaité mettre en valeur la pratique des Trois Ave et appeler à la propagation de cette dévotion. Il atteste ainsi de la solidité de cette doctrine qui permet de glorifier la Très Sainte Trinité par la vénération de la Sainte Vierge. C’est une reconnaissance et un encouragement à poursuivre. À l’approche des soixante-dix ans, nous sommes déterminés à continuer cette œuvre et à la développer.
Louis Lesaulnier
Basilique Notre-Dame de la Trinité

En quoi consiste précisément cette dévotion des Trois Ave ?
Cette dévotion, attribuée à sainte Mechtilde (XIIIe siècle), puis répandue de par le monde par saint Léonard de Port-Maurice et saint Alphonse de Liguori, consiste à dire chaque matin et chaque soir trois Je vous salue Marie : le premier en l’honneur de la Toute-Puissance que le Père confère à Notre-Dame ; le second en l’honneur de la Sagesse que le Fils lui donne ; le troisième en l’honneur de sa Miséricorde, reçue de l’Esprit-Saint. En retour, la sainte Vierge promet de nous assister à l’heure de notre mort. Innombrables sont les grâces obtenues par la fidélité quotidienne à cette dévotion, en témoignent les trentaines de lettres qui arrivent chaque jour au sanctuaire. Certes, il existe bien des manières d’implorer la Sainte Vierge. Néanmoins, celle-ci mérite d’être redécouverte en raison de son efficacité et de sa simplicité.

D.R
Bas-côté et vitraux en cours

Entre 50 et 100 lettres arrivent chaque jour au sanctuaire témoignant d’un attachement particulier à Notre-Dame de la Trinité. Ce sont des remerciements, des demandes de prières, de messes… Quels sont les fioretti sur les grâces reçues en ce lieu qui vous ont le plus marqué ?
Chaque jour que Dieu fait, mon cœur est dans l’action de grâce au regard des grâces que, par la Sainte Vierge, le Seigneur répand en ce lieu. Très concrètement, je suis le témoin de la puissance de la prière et des exaucements obtenus par tant de fidèles. Deux exemples parmi tant d’autres : voici quelques mois, une dame venue d’Australie est venue remercier la Sainte Vierge d’avoir, voici trente-sept ans, sauvé son fils nouveau-né d’une mort certaine. Ou encore, il y a quelques jours, des grands-parents m’ont écrit pour partager leur reconnaissance. En effet, le grand-père a eu un malaise sur l’autoroute, et grâce à l’intercession de la Sainte Vierge, aucun des membres présents dans le véhicule (grands-parents et petits-enfants) n’ont été blessés. Ce qui me réjouit encore davantage, c’est de percevoir l’aide du Ciel à travers mille épreuves afin que cette dévotion des Trois Ave se propage.

Nicolas Viault
Source Aleteia