Peut-on bâtir le progrès écologique et social sur le mythe de la toute-puissance de la technique ? Telle est la question posée par les projets de « villes intelligentes », dont la surabondance technologique prétend résoudre tous les problèmes.

Les smart cities, villes intelligentes en anglais, sont le nec plus ultra de l’urbanisme. Les apôtres de l’innovation et du progrès nous chantent tous les louanges de ces villes connectées où la plupart des objets sont « intelligents » avec des connexions à internet qui permettent de suivre leur activité, état, consommation, rejets polluants et autres choses, en direct, sur son smartphone ou au quartier général de la ville. La smart city est en effet à la ville ce que le smartphone est au téléphone. Performante, omnipotente, bienveillante, connaissant tout, surveillant tout… Pour notre bien évidemment !
 

De nombreux projets

La France n’est pas en reste, la notion de smart city est utilisée pour évoquer différents projets. C’est le cas notamment de la ville d’Angers qui envisage d’investir 178 millions d’euros dans un vaste projet de smart city à objectif écologique. Le but ? Devenir une ville « zéro carbone » en suivant toutes les consommations énergétiques, en contrôlant les déchets par des poubelles connectées et en utilisant toutes sortes de techniques pour faire chuter la note d’électricité. Le projet d’Angers se rapproche de nombreux projets de smart cities vertes, comme par exemple celui de Google à Toronto : les autres smart cities ne sont jamais bien éloignées des objectifs écologiques.

À première vue, l’idée de bâtir une cité écologique à l’aide des nouvelles technologies peut être séduisante. Nous connaissons une crise écologique de grande ampleur : pollution de l’air, de l’eau, des sols, des corps humains, du vivant, sonore, lumineuse, etc. Il est légitime de mettre à contribution toutes les techniques actuelles et futures pour contrer cette crise. Mais la green smart city est peut-être une fausse bonne idée si on la regarde de plus près.

 

Suite de l'article sur Aleteia