L’Église n’est pas une idée, un projet ou une entité. C’est un corps constitué de toutes les âmes, des talents, des richesses et des désirs des baptisés. Voilà sa grande force. Pour surmonter les crises qu’elle rencontre, il est nécessaire à chacun de s’enraciner dans les Saintes Écritures et dans la prière quotidienne.

Combien de fois avons-nous été choqués ou bouleversés par les attaques lancées contre les chrétiens à travers les médias ? Combien de fois avons-nous été pris au cœur d’un sentiment d’injustice face aux médisances et aux calomnies jetées à la figure de l’Église ? Nous avons l’impression que les scandales pleuvent, que les mauvaises nouvelles nous accablent, que les persécutions se multiplient. Que pouvons-nous faire ?

Nous aimons l’Église et pourtant, elle nous paraît si fragile. Un sentiment humain et légitime nous entraînerait à nous révolter. La colère pourrait être notre premier réflexe. Le péché blesse notre mère l’Église. Faite d’hommes, elle s’élance vers la sainteté et ne cesse de chuter. Le Christ nous invite à la miséricorde et à la foi. Il nous l’a promis, l’Église traversera les épreuves sans que « la puissance de la Mort de l’emporte sur elle » (Mt 16, 18). Quel beau message d’espérance !

L’histoire nous délivre un enseignement plein de sagesse. Alors que, de tout âge, les rois et les empereurs s’évertuent à éradiquer la foi chrétienne, les premiers chrétiens donnent leur vie pour le Christ. Priscille, Agnès, Cécile et d’autres encore nous disent d’espérer ! Leur mort n’est pas vaine. L’Église s’est vue fortifiée par ce sang versé. Quelques siècles plus tard, les schismes et les scandales violentent à nouveau l’Église. Encore une fois, elle ne s’est pas éteinte. Un feu jaillissant s’est emparée d’elle. Dieu a suscité des saints pour son Église ! Ces âmes pleines et brûlantes se sont enracinés dans la prière.

Suite de l'article sur Aleteia