La pratique de la Gestation pour autrui (GPA) confirme régulièrement les difficultés et les souffrances auxquels s’exposent les parents qui y ont recours, sans parler des enfants.

En Nouvelle-Zélande, Anna et Mark sont confrontés à la souffrance de l’infertilité. Après une fausse couche, ils décident d’avoir recours à la « gestation par autrui » (GPA). Ils se rapprochent d’une clinique de fertilité et « suivent le processus », mais leurs tentatives se soldent par des échecs. « Blasés », ils décident de se passer d’un intermédiaire officiel : une de leur connaissance sera la « mère porteuse » de leur enfant. Une sorte d’ »arrangement entre amis », sans contrat, « altruiste ».

 

Suite de l'article sur Aleteia