L’IVG s’est invitée dans le projet de loi séparatisme au détour d’un amendement déposé sur l’article 12. Adopté lundi soir par les députés, il ajoute le "délit d’entrave à l’avortement" aux motifs pour lesquels l’État pourra supprimer tout avantage fiscal aux organismes et associations.

Suite de l'article sur Aleteia