Le carême qui débute est une chance pour sortir de nos impatiences capricieuses. Le temps du jeûne et du renoncement nous permet d’ouvrir davantage nos vies à Dieu, sans retour en arrière.

Que nous arrive-t-il ? Il y a un an, il ne se passait rien, ou presque : les vacances de février battaient leur plein. Les plus chanceux partaient pour les pistes de ski ou des voyages lointains. Mais chacun était bien persuadé que le monde était sur sa lancée. Et bien peu s’interrogeaient alors à haute voix sur le rythme et la finalité de celle-ci. Il y a onze mois, après la sidération de voir que le virus chinois devenait mondial, les querelles se succédèrent : sur les masques, sur les règles de confinement, sur les masques, sur les Ehpads, sur les masques, sur les blouses, sur les masques encore…

Suite de l'article sur Aleteia