Même si la prière est primordiale, elle ne nous dispense pas d'agir : il faut aussi retrousser ses manches au service du Royaume.

Dieu n’a que faire des velléitaires, de ceux qui rêvent leur vie au lieu de la prendre en main ou qui ne cessent de regretter le passé, des professionnels du « y a qu’à » et des donneurs de leçons en pantoufles. Dieu pourrait tout faire sans nous, mais Il choisit d’avoir besoin de nous. Il veut nous associer à son œuvre de Créateur : c’est là que réside la grandeur de notre travail humain, qui n’est pas exclusivement, ni d’abord, un moyen de gagner de l’argent (il peut d’ailleurs être bénévole et cela n’ôte rien à sa valeur).

Suite de l'article sur Aleteia.