Après son adoption en première lecture par l’Assemblée nationale, c’est au tour du Sénat d’examiner le projet de loi confortant les principes républicains à partir de ce mardi 30 mars et pour une dizaine de jour. Un texte qui "inquiète l’ensemble des confessions religieuses", explique à Aleteia l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun.

Réponse voulue par Emmanuel Macron à l’islamisme radical et aux questions de laïcité, le projet de loi confortant les principes républicains, communément appelé « projet de loi séparatisme », arrive au Sénat ce mardi 30 mars. Après avoir été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, c’est au tour des sénateurs de l’examiner pendant une dizaine de jours. Un texte qui inquiète les cultes et qui a même valu aux représentants des trois églises du christianisme une tribune inédite dans laquelle ils s’inquiètent pour leur liberté. « Ce projet de loi rompt avec la logique de la séparation entre les croyances et la loi civile », dénonce auprès de Aleteia l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun. « Il veut placer la loi au-dessus des convictions religieuses. »

Suite de l'article sur Aleteia.