eglise clamensane

Étude de l'église paroissiale de Clamensane par M. Daniel THIERY, juillet 2003. 

Téléchargeable dans son intégralité avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Les trois titulaires de l’église.

L’église paroissiale de Clamensane, située au centre du village moderne, est sous la titulature de Notre Dame, mais possède comme patrons secondaires saint Martin de Tours et saint Amand. La titulature à Notre Dame a pour origine une chapelle dédiée à Notre Dame de l’Espinasse sur laquelle a été édifiée l’église en 1831. Saint Martin, titulaire de l’église bâtie près du château, fut le premier saint protecteur de la paroisse, quand celle-ci fut organisée auprès du castrum Clamensiana cité en 1203. Elle était desservie par les moines bénédictins du prieuré fondé par les moines de l’Ile Barbe de Lyon sous le vocable également de saint Martin. Saint Amand est issu de la dévotion populaire liée à un site de hauteur, aux limites de communes et de diocèses, où une chapelle accueillait les pèlerins. Saint Amand, invoqué pour la pluie et par les jeunes filles en mal de mari, semble également avoir guéri les estropiés, comme en témoignent les béquilles ex-voto signalées au 19e siècle. Cette église moderne a recueilli ainsi en son sein les trois saints ancestraux protecteurs du village.

Architecture

Cette église a été bâtie en 1831 sur le site d’une chapelle d’après la date figurant sur le linteau de la porte Est et sur le tabernacle de l’autel de la Vierge. C’est en tout cas l’avis de Féraud (1861) et de Collier (1986). De cette chapelle il ne reste plus que la porte sud dont l’encadrement est formé d’un arc plein cintre chanfreiné reposant sans discontinuité sur des piédroits également chanfreinés (16-17e s.). L’église présente une nef centrale voûtée en berceau brisé, flanquée de deux bas-côtés à trois arcades reposant sur des colonnes en calcaire gris. Le chœur, à chevet plat, est voûté d’arêtes. Il est séparé de la nef par deux marches en pierre calcaire où est ancrée une table de communion en bois.

Mobilier

Autels. L’église, outre l’autel face au peuple récent, possède trois autels, l’un dans le chœur, les deux autres dans les chapelles latérales. Celui de gauche, sur le tabernacle, porte la date de 1831. Tous les trois ont été édifiés à cette même date. Celui du chœur est en bois peint, les deux autres en plâtre.

Tableaux : 5

Au maître-autel : le Saint-Esprit ; chapelle latérale droite : Vierge entourée de saint Martin et de saint Amand ; chapelle latérale gauche : la sainte Famille; mur d’entrée sud à droite : saint Antoine de Padoue ; à gauche : le Rosaire.

Statues : 8

Dans le chœur, à droite : saint Pierre ; à gauche : saint Joseph. Près de l’autel latéral droit : saint Antoine de Padoue et le Sacré-Cœur ; sur l’autel latéral gauche : Vierge à l’Enfant. Sur les piliers séparant la 2e travée de la 3e : sainte Jeanne d’Arc à gauche et saint Amand à droite ; au-dessus de la porte sud : buste de saint Martin.

Autres

Une chaire en bois noyer est fixée au mur à l’entrée du chœur à gauche, un confessionnal à gauche de la porte Sud. Un bénitier, dont le pied est en albâtre, est disposé près de la porte Est. Sous la toile de saint Joseph, les fonts baptismaux en calcaire et la plaque des Morts de la guerre 1914-1918 sur le mur Est dans la première travée. Il faut signaler deux vitraux historiés, l’un représentant saint Martin l’autre l’Immaculée Conception.

Fichier pdf de l'étude à télécharger (11,3 Mo)