Dans un arrêt historique rendu le 13 janvier, la Cour suprême sri lankaise a reconnu les négligences de l’ancien chef de l’État avant les terribles attentats du dimanche de Pâques qui avaient fait 279 morts en 2019.

C’est une décision historique pour les chrétiens, et une première dans l’histoire du Sri Lanka : le 13 janvier, la Cour Suprême sri lankaise a reconnu l’ancien président Maithripala Sirisena ainsi que quatre autres responsables politiques coupables de négligence dans la terrible attaque terroriste qui avait frappé simultanément plusieurs églises le jour de Pâques, en 2019. Trois églises et des hôtels de luxe avaient été ciblés par une série d’attentats revendiqués par l’État islamique. 279 morts et plus de 500 blessés avaient été déplorés. Depuis, les fidèles n’ont eu de cesse de réclamer justice. Jusqu’ici en vain, puisque les demandes des catholiques n’avaient trouvé aucune réponse du côté de la justice sri lankaise.

Suite de l'article sur Aleteia.