Maquillage, vêtements, tatouages… Alors que leur image de soi est en pleine construction, les adolescentes sont les cibles évidentes du marché juteux de l’apparence. Comment les accompagner pour qu’elles ne deviennent pas les victimes d’une dictature de la mode ?

Les chiffres sont vertigineux. 24 collections par an chez Zara, 73 jeans vendus chaque seconde dans le monde. Aujourd’hui, les vêtements n’ont plus tant pour fonction de vêtir, que de faire se sentir belle et identifier son appartenance à un groupe. Ces nouveaux besoins, qui sont en réalité des désirs, illimités, sont fabriqués par un système économique basé sur une soif insatiable de consommation. Pierre angulaire de ce système, la publicité titille la volonté qui a bien du mal à résister à l’alliance des neurosciences et du ciblage marketing. Plus on est jeune, plus on est sensible à la séduction des messages, c’est pourquoi enfants et adolescents sont depuis longtemps les interlocuteurs privilégiés des publicitaires.

Suite de l'article sur Aleteia.