Actualités

Les dernières informations.

Chers Amis,
A nouveau, nous venons vous proposer de marcher vers Notre Dame du Laus à partir du prieuré Ste Marie des frères de St Jean de Châteaufort (04, Alpes de Haute Provence), soit une quarantaine de kms sur 2 jours (26kms le 1er jour, 20kms le 2ème jour).


Le pèlerinage aura lieu le week-end de l'Ascension.

Du Jeudi 26 Mai , jeudi de l'Ascension au Vendredi 27 Mai , 2 journées où nous marcherons vers Marie pour l'Eglise, la France et le monde entier, intentions du Rosaire en cordée!

Comment les candidats à l’élection présidentielle peuvent-ils appeler à l’unité du pays en excluant de l’espace politique autorisé la moitié de la population, s’interroge l’écrivain Henri Quantin.

Pourquoi tout cela sonne-t-il si faux ? Dimanche soir, 10 avril, après avoir énuméré lentement les noms de tous ses adversaires du premier tour, Emmanuel Macron demandait à ses auditeurs enamourés de les applaudir « toutes et tous », « parce que, depuis le début et depuis toujours, nous défendons des convictions avec force, mais en respectant chacune et chacun ». Sans doute bien des adversaires du président sortant auraient-ils espéré moins de respect déclaré, mais plus d’affrontements face à face. En assurant lui-même la claque de ses rivaux, le président-candidat entend sans doute se poser en juge suprême de la vertu citoyenne, rôle aussi avantageux qu’usurpé. En réalité, il prend surtout les allures d’un animateur de jeu télévisé, remerciant tous les candidats malheureux d’avoir participé. Emmanuel Macron se voit en roi de dénouement cornélien ; il est plutôt un Jacques Martin d’école des fans de la démocratie. On doute qu’il fasse applaudir Marine Le Pen au soir du second tour et, avouons-le, nous préférerions qu’il s’abstînt.

Suite de l'article sur Aleteia.

Soutien d’Emmanuel Macron, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a assuré ce lundi 11 avril sur Franceinfo que le "droit à mourir dans la dignité" serait la grande réforme de société d’un deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron.

Déjà présenté comme un enjeu de la campagne présidentielle, le « droit à mourir dans la dignité », que l’on peut reformuler par la « légalisation de l’euthanasie », pourrait bel et bien être un marqueur de l’entre deux tours… et du prochain quinquennat. Invité ce lundi 11 avril sur Franceinfo, Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale et soutien d’Emmanuel Macron, a affirmé que « le droit à mourir dans la dignité » serait la grande réforme de société d’un deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron. « Emmanuel Macron a dit qu’il souhaitait qu’une convention citoyenne soit organisée autour de ce sujet pour que l’on trouve l’organisation en France qui puisse convenir comme réponse à ce sujet », a-t-il détaillé.

Suite de l'article sur Aleteia.

Les chiffres de l’OMS sur le nombre d’avortements pratiqués dans le monde (73 millions) sont assortis d’une critique sur les mesures légales de restriction à l’avortement suivies dans un grand nombre de pays. Pour Blanche Streb, directrice de la recherche d’Alliance Vita, les recommandations de l’OMS font totalement l’impasse sur les causes et les conséquences médicales, psychologiques et sociales de l’avortement.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié, lors de la journée internationale des femmes, de nouvelles recommandations sur l’avortement. L’une d’elle — déjà présente dans un précédent rapport de 2012 — ne peut laisser personne de marbre. Elle propose que tout avortement puisse être réalisé sans restriction ni limite de temps pendant les neufs mois de grossesse. 

Suite de l'article sur Aleteia.