Tous les mardis, l’essayiste Jean Duchesne, décrypte les mouvements de fond qui traversent la société. Alors que le débat sur les droits de succession est relancé, il s’interroge sur l’état d’un pays où l’on ne pourrait avoir pour héritier que l’État : ce serait un pas de plus vers le triomphe du Grand Inquisiteur de Dostoïevski, du Meilleur des mondes d’Huxley ou de la reine Jézabel.

On a pu lire récemment dans la presse que des économistes préconisent, afin de remédier aux inégalités qu’ils voient s’aggraver, une remise en cause du principe même de l’héritage familial, tout en reconnaissant que le public n’y est malheureusement pas encore prêt. Un sondage montre d’ailleurs que quatre citoyens sur cinq sont au contraire favorables à un allègement des droits de succession. A-t-on là le schéma classique d’une résistance populaire fâcheusement irrationnelle et passéiste, face à une science foncièrement philanthropique qui finira bien par l’emporter, puisqu’elle va dans « le sens du progrès et de l’histoire » ?

Suite de l'article sur Aleteia.