Le père Pierre Vivarès s’inquiète en tant que citoyen pour l’unité de la nation. La confiscation du pouvoir entre les mains du président de la République, entouré de « comités » et de « conseils », casse la confiance du peuple qui a le sentiment que sa destinée lui échappe.

Comme vous peut-être, j’ai sur mon téléphone quelques fils d’actualité renvoyant à des articles de presse qui changent toute la journée en fonction des événements, ainsi que les inévitables pastilles des grands journaux français, merveilleuse fabrique de la bien-pensance contemporaine avec surtout — palme toute catégorie pour sa capacité à produire des titres vous indiquant où sont le bien et le mal — les pastilles du journal Le Monde.

Suite de l'article sur Aleteia.