Qui n’a pas éprouvé un jour l’expérience d’être totalement dominé par le désordre de ses pensées ? Le problème n’est pas dans nos pensées, explique le père jésuite Jean-François Thomas, le problème est le vide de notre âme.

Tout chrétien qui considère avec sérieux sa vie intérieure se rend compte que cette dernière est, comme les monuments historiques, en perpétuel ravalement et que les campagnes de restauration se succèdent sans interruption, tant les matériaux de notre âme sont fragiles. S’il est relativement facile de repérer en quoi nos actions ne sont pas toujours conformes à la volonté de Dieu, nous avons plus de mal en ce qui regarde les pensées, car nous ne savons pas ce qui, en elles, dépend du volontaire et de l’involontaire. La tentation serait grande de les négliger par relativisme, ou bien, au contraire, de tomber dans une culpabilité mortifiante.

Suite de l'article sur Aleteia.