L’essayiste Jean Duchesne montre comment le féminisme ne combat pas le machisme mais, au nom du "vécu", s’attaque à toute espèce de norme.

Parmi les questions que l’actualité du moment ne refoule que provisoirement et qui ne sont sans doute pas moins à prendre au sérieux, il y a tout ce qui tourne autour de l’identité sexuée, avec les postures et comportements qu’elle justifie (ou que ceux-ci conditionnent). C’est une nouveauté de notre époque : par le passé, on se gardait d’évoquer tout cela aussi crûment, les audaces se limitant à des contestations pas trop explicites du mariage, censé réguler les relations entre les sexes, structurer la société et assurer son avenir. 

Suite de l'article sur Aleteia.