Après l’échec de la commission mixte paritaire (CMP) ce jeudi 20 janvier à trouver un accord sur la proposition de loi visant à "renforcer le droit à l’avortement", le texte va poursuivre son chemin législatif.

Rapidité sans discernement n’est que ruine de la politique, pourrait-on dire pour paraphraser Rabelais. Après avoir été rejetée d’emblée par le Sénat mercredi 19 janvier et alors que la commission mixte paritaire (CMP) n’a pas réussi à trouver un accord ce jeudi 20 janvier, la proposition de loi visant à « renforcer le droit à l’avortement » pourrait bel et bien être votée avant la fin du quinquennat.

Suite de l'article sur Aleteia.