Actualités

Les dernières informations.

Le 17 avril, les députés ont voté la création d’un « délit d’écocide ». Un vote qui interroge sur la place de l’homme, entre biosphère et technosphère.

Changement climatique, pollution… L’homme est accusé de mettre en péril le fragile équilibre de la nature. À l’occasion du débat du projet de loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets », les députés ont voté la création d’un « délit d’écocide » le 17 avril. Un délit qui viendra sanctionner « la pollution intentionnelle des eaux, de l’air et des sols ». Des députés, de même que la Convention citoyenne pour le climat, demandaient la criminalisation. Finalement il ne sera question « que » de pénalisation, mais les peines encourues peuvent tout de même aller jusqu’à 10 ans de prison et 4,5 millions d’euros d’amende.

Suite de l'article sur Aleteia.

Le pape François lancera ce samedi 1er mai un marathon de prière afin de demander à Dieu la fin de la pandémie. Il doit durer un mois et passer par une trentaine de sanctuaires à travers le monde. Voici comment y participer.

Aux grands maux, les grands remèdes spirituels. Le pape François a décidé de consacrer le mois de mai à un « marathon de prière » afin de demander à Dieu la fin de la pandémie. « La prière à Dieu montait sans cesse de toute l’Église » (Ac, 12,5) est le fil rouge de l’initiative qui va impliquer une trentaine de sanctuaires du monde entier. Le pape France donne le coup d’envoi ce samedi 1er mai à 18h, dans la basilique Saint-Pierre de Rome, où il priera les yeux tournés vers La Madonna del Soccorso, une célèbre représentation de la Vierge vénérée dès le VIIe siècle, placée dans la chapelle grégorienne, au-dessus de l’autel de saint Léon. Ensuite, chaque jour du mois de mai un sanctuaire marial prend le relai avec une intention de prière particulière. Aleteia vous explique comment vous y associer.

Suite de l'article sur Aleteia.

Le pape François lui a rendu hommage à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort. Ce génie de la poésie et de la littérature fut un maître spirituel. Il ouvrit à Claudel une des portes du paradis.

Auteur génial de la Divine Comédie, le poète italien Dante Alighieri (1265-1321) nous est familier pour son voyage initiatique dans l’Au-delà (Enfers, Purgatoire et Paradis). Un récit en vers qui commence par un chant dans lequel Dante raconte son égarement spirituel. Il est à la recherche de « la route droite » c’est-à-dire de la vertu. Or, sur son chemin, l’auteur doit lutter contre un lynx qui symbolise la luxure, un lion figurant l’orgueil et enfin une louve qui représente, elle, l’avarice… Incapable de faire face, Dante pleure amèrement sur son sort jusqu’à ce qu’il rencontre Virgile. Ce dernier se dit envoyé par Béatrice, une jeune femme dont Dante était follement amoureux dans sa jeunesse et disparue prématurément. Dans sa grande bonté, Béatrice a demandé à Dieu que Dante soit libéré de ses fautes…

Suite de l'article sur Aleteia.

Entrons au cœur de la Chapelle du 140, rue du Bac à Paris (VIIe) pour entendre une parole que Dieu veut nous adresser à travers l’expérience spirituelle privilégiée de Sainte Catherine Labouré. De juillet à décembre 1830, Sœur Catherine, en formation pour devenir Fille de la Charité, reçoit l’immense faveur de s’entretenir trois fois avec la Vierge Marie.

Catherine rencontre la Sainte Vierge. Le 18 juillet 1830, en la veille de la fête de saint Vincent à 23h30, Sœur Catherine s’entend appeler par son nom. Un mystérieux enfant est là, au pied de son lit et l’invite à se lever : « La Sainte Vierge vous attend. » Catherine s’habille et suit l’enfant. Arrivée dans la chapelle, son petit guide lui dit : « Voici la Sainte Vierge. » Elle hésite à croire. Mais l’enfant répète d’une voix plus forte : « Voici la Sainte Vierge. » « Là, il s’est passé un moment, le plus doux de ma vie. Il me serait impossible de dire ce que j’éprouvais. La Sainte Vierge m’a dit comment je devais me conduire envers mon confesseur et plusieurs autres choses. » La Sainte Vierge désigne de la main l’autel où repose le tabernacle et dit : « Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur. » Catherine reçoit l’annonce d’une mission difficile et la demande de fondation d’une Confrérie d’Enfants de Marie, ce qui se fera le 2 février 1840.

Suite de l'article sur Notre histoire avec Marie.